SO FOOT – 80’s football Champagne et soirées paillettes

img-so-foot-80-s-football-champagne-et-soirees-paillettes-1381916120_x620_articles-174026

La décennie 80, c’est l’âge d’or des n°10: Maradona, Platini, Zico, Schuster, M.Laudrup, Zavarov, Susic, Francescoli, Scifo…Sacrée époque ! Avec Prince, Michael Jackson et Jim Jarmusch, ces gars-là, notés 10/10 ont vraiment sauvé les années 80 de la frime et du mauvais goût.

Peut-on faire rimer football et intelligence? ballon rond et bon goût? Depuis toujours le débat fait rage et en tant que vieux con recensé, (qui a dépassé la quarantaine, déformé son canapé à forme de regarder Téléfoot et changé seize de taille de caleçon au cours des dix dernières années), j’aurais tendance à dire que évidemment, c’était mieux avant et que les jeunes de maintenant, bah c’est que des cons qui valent pas les jeunes d’avant qui eux au moins connaissaient la valeur de…enfin bon c’était mieux avant, tiens ressers-moi donc un Ricard.

Le footballeur est-il donc un con et peut-on même parler de culture foot dans l’absolu? J’avais chroniqué un petit bouquin de l’excellent philosophe de son temps (donc forcément un jeune con) Olivier Pourriol, qui s’attaquait au football et à ses mauvais gestes d’un point de vue philosophique. Passionnant. Oui il y a bien une culture foot, au delà du terrain, n’en déplaise à ceux qui ne connaitront jamais la règle du hors-jeu.
Pourtant, s’il y a bien quelque chose de commun entre tous mes potes Platino-friendly de mon âge, c’est ce sentiment que quand même, merde c’était quand même mieux avant, qu’on vibrait plus, qu’on n’en dormait pas après les matches, qu’on avait le sentiment que le monde était encore ouvert ( en 1985, on pouvait encore voir des équipes comme le Steaua Bucarest gagner la Champion’s League…), que des pépites, des stars en devenir pouvaient se cacher un peu partout pour un peu qu’on sache regarder…Aujourd’hui c’est Messi-Ronaldo, Ronaldo-Messi, Barça, Real, City, PSG, Bayern…On brasse un peu tout ce beau monde au mercato et puis on remet ça et on vend des maillots…On sent bien que Platini, lui aussi, s’ennuie à en crever dans son costard de Monsieur loyal du foot business. Il a d’ailleurs un peu craché dans la soupe à la télé l’autre soir.

So Foot, c’est Ze bible du foot dit pas con. Je n’irai pas jusqu’à dire intello mais ils ont de sacré références quand même…On n’est pas chez But ou Onze mondial. Là on cause, on remet le foot dans un contexte socio-politico-culturel. On le replace dans une époque, on s’intéresse autant aux abords du terrain qu’à la pelouse…Une culture quoi.

Un So foot spécial années 80, c’est forcément un cadeau en or. C’est une Madeleine de Proust qu’on effeuille la larme à l’œil. Moi j’ai failli pleurer en voyant Fernando Chalana (l’homme-poil) monter dans sa R18 avec son Maillot résidences Mallardeau…Toute une époque ! Tout est beau dans ce livre, les photos tout d’abord, témoins de leur temps, et les textes bien sûr, truffés de perles authentiques: Claude Bez, président mythique des girondins de Bordeaux de ces années là: La Coupe d’Europe, c’est une fête . Il faut accueillir les gens correctement. Mettre des voitures à disposition, offrir des repas et des cadeaux (…). Quant aux arbitres, ce sont des hommes et s’ils veulent baiser…«  Fabuleux !

Et puis bien sûr, comment parler du foot des années 80 sans évoquer la plus belle bataille qu’ait perdue une armée française…France-Allemagne 82, le 8 juillet 1982 à Séville… Le RFA-France de Séville confine au sublime. Aucune autre équipe de France n’a jamais atteint ni avant ni après ce niveau de jeu . C’est pas moi qui le dit, c’est So Foot, ils ont forcément un peu raison quand même…Platini lui-même jette un ultime regard sur le match:  Un match où il y a tout, ce n’est pas le football, c’est la vie, aucun film, aucun livre, ne peut te faire vivre un moment pareil. Tu ressens en une heure trente toutes les émotions possibles.et en plus ça finit mal, c’est carrément l’apogée du romantisme ! tout est dit par le grand homme lui-même, le Zizou de Nancy, le génie de mon enfance, une idole, déjà à l’époque: Platini, premier joueur show-biz, peuple, pub et star-système, mais dernier grand homme footballeur avant l’arrivée des mutants.

Oui, le foot a changé. Je ne sais pas si c’était mieux avant mais il y a bien longtemps que je m’en fous quand même un peu de qui est le plus beau entre Ribéry et Ronaldo. Moi aussi j’ai vieilli.

SO FOOT, 80’s Football Champagne et soirées paillettes, éditions Solar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s