Roald Amundsen – Jean Mabire

41ZDW4Q3DKL__SL500_AA300_

A priori on est en droit de se demander ce qui peut me pousser à m’intéresser à un explorateur polaire. Il faudra bien un jour que je me résolve à consulter… Oui j’ai un problème avec le Nord…Il m’attire irrémédiablement. Parmi mes obsessions récurrentes, je classe le mythique passage du Nord-Ouest parmi les plus insistantes. Et l’autre jour, comme je me laissais aller à zapper sans but sur des chaines télés perdues au-delà du chiffre 100, je me suis retrouvé dans un paysage immaculé fait de montagnes enneigées et de sommets vierges, à bord d’un bateau qui parcourait les mers glacées du nord Canada…
Il en fallait moins pour réveiller l’obsession et en quelques minutes, j’avais déjà parcouru des dizaines de kilomètres virtuels sur Google maps…puis sur Price minister, à la recherche de tout ce qui pouvait me rapprocher du fameux passage du nord-Ouest…
Roald Amundsen, le premier à franchir le passage du Nord-Ouest. Le premier à rallier l’Atlantique au Pacifique par la voie nord, celle qui serpente entre les îles du Nord du Canada. Des iles oubliées, enfermées dans les glaces et la nuit polaire. Des dizaines de tentatives ont échouées mais Amundsen est persuadé qu’il peut réussir. L’expédition durera trois ans. Trois hivernages dans la nuit polaire, le bateau pris dans les glaces près de terres inconnues.
Je vous passe les détails mais toute sa vie, Amundsen sera attiré par les exploits polaires les plus extrêmes. Passage du Nord-Ouest (1906), premier homme à rallier le pôle sud (1911), premier à relier le Spitzberg à l’Alaska en survolant le pôle Nord, tout y passe. Une obsession.
La personnalité d’Amundsen, ce qui se cache derrière cet unique but, c’est bien entendu le point le plus intéressant et malheureusement le moins développé dans le livre de Jean Mabire. Amundsen est le fils d’un pays neuf qui gagne son indépendance en 1905. Il en est le ressortissant le plus célèbre et cherche à planter le drapeau tricolore dans tous les coins les plus symboliquement inexplorés qui soient. Il veut marquer l’histoire en rendant hommage à l’identité même de sa patrie. Norvège veut dire « le chemin du nord ». Amundsen est un Viking moderne, dur, austère et conquérant. Ses quêtes sont parfois vaines ou dérisoires. Ses expéditions sont parfois à la limite du suicidaire. Jusqu’à ce vol en hydravion dont on ne retrouvera rien, si ce n’est un flotteur détaché au large du Spitzberg.
Amundsen, homme seul et désargenté a vaincu le Nord et l’a défié jusqu’à la mort. Son personnage reste une énigme que le livre de Jean Mabire, trop scolaire, ne parvient pas à résoudre. Restent les images magnifiques que les mots évoquent. Amundsen a exploré à pied, en bateau. Puis il a pris de la hauteur pour observer le monde polaire depuis le ciel, à bord de son dirigeable, le Norge. Toute sa vie, il a cherché à conquérir. Pour la gloire de la Norvège, pour la sienne, le regard porté vers les brumes glacées du grand Nord. Il cherché à fuir et a fini par se perdre.

Roald Amundsen, Une vie, Jean Mabire, éditions Glénat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s