Benjamin Biolay…à Maisons-Alfort !

victoires-2-les-victoires-de-la-musique-2010-show_366

Benjamin Biolay à Maisons-Alfort? Vraiment ? Et pourquoi pas Justin Timberlake à la MJC de Juvisy pendant qu’on y est? Le talentueux et très ténébreux Biolay passerait donc le périph, lui que j’imaginais vivant reclus au cœur des arrondissements à un chiffre ?
Une grand-messe Bobo, donc sur des terres pas encore totalement boboïsées (je fais pourtant de mon mieux), un dandy dans le 94 à quelques encablures du Carrefour Pompadour, l’occasion était belle.
Se rendre à pied à un concert, voilà qui ne m’est pas arrivé depuis le dernier (au sens propre du terme) concert des Thugs à la Maroquinerie. Mais c’était au temps où nous habitions Ménilmontant, un quartier où les bobos sont aussi à l’aise que le frères Tang dans le 13ème. Et puis bon, j’ai 41 ans, j’ai survécu à une semaine de merde et je préfère prendre la voiture pour faire 600 mètres…

Un concert à Maisons-Alfort…qui donc peut se rabattre sur la petite couronne populaire pour promouvoir ses galettes ? Philippe Lavil, Catherine Lara ou Annie Cordy mais pas le très chic et désormais populaire Benjamin Biolay… ? Je n’y croyais pas vraiment jusqu’au dernier moment. Je me rappelais un concert dans la salle omnisport de mon village quand j’étais gamin. Depuis des semaines, des photos de Michel Sardou s’affichaient dans tous les commerces, annonçant un concert prochain. Michel Sardou à Champigné…En y regardant de plus près il s’agissait de Serge Cardu, un des sosies officiel du grand penseur populaire de droite. La même chose allait sans doute se produire à Maisons-Alfort et un Benjamin Piolet de gala n’allait pas hésiter à massacrer La Superbe.

Première surprise en prenant nos places près de la scène. Un mauvais signe. Il est là. Le voisin. Celui qui se balade nu sous son bleu de travail, qui se couche à vingt heures et qui exhibe dès qu’il le peut ses cartes de réduction chez Castorama, Leroy Merlin et Bricorama. Celui du Carrefour Pompadour…Je jette un œil inquiet et vaguement condescendant à l’assistance. Oh putain…les bobos ne sont pas là. Ils n’ont pas passé le périph…Quelle horreur, nous sommes entourés de gens normaux. Pas une seule panoplie Zadig et Voltaire faussement négligée, rien. Benjamin va se sentir bien seul dans son costard noir de Dandy du 1er arrondissement. Un choc culturel, assurément.

J’ai tout faux. Tout d’abord Benjamin Biolay est bien présent à Maisons-Alfort. Il n’a pas envoyé une pâle copie. Il n’est pas venu déguisé en Nick Cave non plus. Pas de costard serré, pas de chemise noire ajustée, deux boutons ouverts. Un look de banlieusard en week-end. Baskets moches, jeans noir façon sac à pommes de terres, tee-shirt large qui déborde, veste en jean achetée chez kilo shop.
Ensuite, Benjamin Biolay est un chanteur VRAIMENT populaire. On se croirait à Taratara. Des dizaines de Jocelyne post trentenaires se dandinent sur leur siège puis un petit groupe se lève et bientôt les premier rangs sont envahis par des groupies mamans danseuses sur le retour.
Soudain, un flash. Je me revois, enfant, assis sur une chaise, attendant engourdi, la fin du mariage de je ne sais quel cousin et regardant, affligé, les adultes, les vieux, essayant de danser sur les tubes du moment, Rose Laurens, Jean Pierre Mader ou Gilbert Montagnier. Déhanchements ridicules, parents désinhibés, malaise immédiat.
Biolay enchaine et ne boude pas son plaisir. Les fans femmes se déchainent et hurlent. C’est vilain au premier rang…La Jocelyne du 94 veut retrouver ses vingt ans et expulse les frustrations de sa semaine sans aucune autre gêne que celle que je ressens…

Le plaisir est donc grandement partagé. Entre une salle électrique (petite pensée pour mon voisin bricoleur en Marcel bleu coincé sur son siège entre stroboscopes,  mur du son grunge sur certaines chansons et voisines dégoulinantes, remuant bras, hanches et tête en rythme…) et un Biolay super généreux, l’instant pourrait être magique…si je consentais à le partager. Mais je suis un sale bobo snob du 94.

Le concert se termine. Odeurs de sueur et visages illuminés. Allez viens chérie, on rentre. Où est-ce que j’ai garé la BM déjà ?

3 comments

  1. Ça me rappelle un concert. 2003, petit village perdu en Normandie, 500 habitants. Le concert gratuit, evenement de la saison ! Gilbert Montagné sur scène, au taquet. Il chante, il danse. Pas toujours face à la foule, forcément. Alors ses danseuses lui font faire un quart de tour et c’est reparti. Drôle de concert ! Ambiance « la fête au village »… Ça changeait des boîtes de nuit electro ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s