Un Château en Italie – Valeria Bruni Tedeschi

un-chateau-en-italie_600C

Le grand écart ou Presque. Quelques jours après m’être retrouvé, lunettes bicolores vissées sur le front, perdu dans le cosmos, à errer vers les sommets du box-office, me voilà revenu au cœur d’un véritable film d’auteur. Comprenez cérébral, baroque, hystérique, loufoque, théâtral, invendable à l’étranger, au scénario épais comme une feuille de cigarette et peuplés d’acteurs aussi cultes que gentiment confidentiels. Amateurs de popcorn, s’abstenir.
Valeria Bruni Tedeschi. Actrice franco-italiano-nevrotico-géniale, accessoirement sœur et belle-sœur de… revenait au cinéma, six ans après le délicieusement cinglé  Actrices. Dès la bande annonce, on savait à quoi s’attendre. On allait flotter dans une ambiance bordelique, à mi-chemin entre l’Italie, du côté Nanni Moretti de l’hystérie et la France, Paris plus exactement, versant Télérama.
Le pitch est simple. L’hiver d’une famille bourgeoise italienne qui se délite devant les ruines de l’héritage paternel. La mère (la vraie ! La belle-mère de !), le frère sidaïque en fin de vie et la sœur, Valeria Bruni Tedeschi. Ces gens-là vivent avec passion la fin de leur splendeur. Il n’y a pas d’héritier à leur dynastie, le père est mort, le frère se meurt, la sœur n’aura pas d’enfant. Triste fin symbolisée par la vente du château familial, par la chute de l’arbre fort qui trônait devant la maison. Le propos est fin, l’actrice principale en proie à tous ses démons s’en donne à cœur joie.
Dans ce cinéma, les gesticulations théâtrales font souvent place au silence et permettent au spectateur de combler les espaces, de s’approprier les situations. Il n’y a pas d’artifice, même si le côté loufoque et l’humour de certaines scènes nous rappellent que tout cela, ce n’est que du cinéma. Un château en Italie est une comédie hivernale, touchante, comme sa réalisatrice-actrice, dont les failles constituent l’identité et qui la rendent irrésistible ou insupportable. C’est selon.
Une folie plus italienne que française au final, qui ne rentre pas dans les cases. Un truc qui réchauffe quand il fait froid dehors.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s