Nombril Music awards – 1

Vancouver 776

Ça y est ! La dinde voit son heure arriver (rien à voir avec la photo de vacances ci-dessus).

C’est parti pour les orgies gastronomiques, les crises de foies, vingt bêtisiers à la télé et douze rediffusions de Sissi contre Fantômas ou Angélique, marquise des Ch’tis.

Et puisque tout le monde y va de son bilan le nombril aussi fait péter son Best of.  Voici donc les Nombrils awards, premiers du nom,  section musicale pour commencer. J’y vais maintenant, alors qu’il me reste quelques neurones encore valides, avant que les bulles alcoolisées n’attaquent le fond de la cuve et que j’en vienne d’ici quelques jours, à confondre Sonic Youth et Sébastien Patoche.

images

Commençons par une récompense, le prix Jean Meyrand (On bouffait du riz cantonais) de la chanson française. Deux sensations pour moi cette année, Ava me mord le mollet pour que j’y inclue Tal mais je resterai ferme, deux sensations donc, Babx et Albin de la Simone qui auront donc rythmé mon année. Le grand vainqueur à l’unanimité stalinienne étant donc Albin de la Simone et son album « Un homme ». Sensible et fin, faible en testostérone, le juste portrait d’un homme dit moderne. M’a touché. N’en déplaise.

http://www.youtube.com/watch?v=uXtP8Mmj90g

4413467-66372339481-jef-barbara-soft-to-the-touch-570x0-1

Prix Viens danser (sur un air de Gilbert Montagnier). Pas un exercice évident tant le dance floor a pour moi autant d’attrait qu’un champ de braises que je devrais traverser les pieds nus. Ceux qui m’ont vu danser comprennent d’ailleurs l’analogie tant mes chorégraphiques alcoolisées laissent parfois à penser que je souffre des pieds. Le prix est décerné, après délibérations et dernier tour serré, à Jef Barbara etson « Soft to the touch » qui l’emporte d’un souffle (aviné) devant Inner Storm. Bravo à toi, Jef, maintenant, va te changer, ma parole tu fais pitié.

http://www.youtube.com/watch?v=z-Lhu4JFePk

lee-ranaldo-last-night-earth

Prix Dick Rivers (Dit du vieux rocker, déjà grand-père à Woodstock et qui se teint les cheveux). Toujours compliqué de voir ses idoles vieillir. Beaucoup ont tenté leur chance cette année, parfois de façon pathétique (Kim Gordon, Pixies), des coups à refuser toute subvention aux maisons de retraites, d’autres ont réussi leur retour, fidèles à leurs valeurs et leur identité de toujours. On citera Nick Cave et son superbe « Push the sky away». Pour ma part, j’ai choisi mon papi préféré, Lee Ranaldo, mon sosie de Vikash Dhorasoo que je croisai un jour dans les rues de New York (on peut pas être tous les jours à Melun) et qui continue d’entretenir les braises de Sonic Youth avec tout le talent qu’on lui connaît. L’album s’appelle « Last night on earth »

http://www.youtube.com/watch?v=Y9Myl1WOjak

hey

Prix humanitaire (ou prix de l’Eurovision, France one point) attribué au groupe polonais Hey pour leur magnifique album « Do Rycerzy, do szlachty, doo Mieszczan », sorte de balade improbable dans les tréfonds de l’alternatif européen ou comment assouvir son besoin d’autre chose quand l’offre indépendante (pourtant débilement dense) n’y suffit plus. Allez hop, un, deux, trois, Walesa. Album pop un peu barré de temps en temps…et cette langue qui n’a vraiment pas été faite pour le rock. Prix Amityille de l’étrange.

http://www.youtube.com/watch?v=H-SIPLZD1rc&list=PLxznBcmhg_iO1_r_FtdrJw5ry_JYh5iQ3

Encore quelques prix à décerner dans les heures qui viennent avant que les premiers bouchons ne sautent…je reviens.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s