Best of Cinéma 2013 – Le Nombril dans le noir

grand-central20625607arton24127images120x160 Mud OK 25-031010353_fr_au_bout_du_conte_1360844954786le-temps-de-laventure-film-affiche120x160-Les-Beaux-Jours-BD-11

Sale année sans salle noire…

Bilan de l’année, suite. Rubrique cinéma cette fois-ci. Bon soyons clair, le Nombril ferait mieux de se taire sur le sujet. Quand on n’a pas été foutu d ‘aller au cinéma plus de vingt fois, on n’a : 1-Pas rentabilisé sa carte UGC, 2-Pas le droit de faire un classement des meilleurs films. J’ai tout même réussi à éviter, dans le désordre : Alceste à bicyclette, happiness therapy, Zero dark thirty, Cloud Atlas, Les amants passagers, Iron Man 3,  Gatsby, L’écume des jours, Jeune et Jolie, Tip Top, Le Klapish, La vie d’Adèle…J’en passe. Ça frise le boycott.

Bon…Quelques bons films quand même ? Bien sûr. L’avantage quand on se déplace aussi peu, c’est qu’on peut choisir ses films…Il fut un temps pas si lointain où nous allions tout voir ou presque…Le taux de déchet était quand même très élevé. Donc pas de sortie de salle prématurée cette année, je suis resté assis jusque au bout de tous les films, même si Mickaël Youn et son pathétique Vive la France auraient mérité une sortie théâtrale avec claquage de porte….Je n’avais qu’à pas y aller, l’affiche aurait quand même dû m’alerter sur la qualité de l’œuvre…

20415566_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Je retiendrai, côté français,  deux bleuettes décalées et très fines, l’une façon mélo Le temps de l’aventure avec GabrielByrne et Emmanuelle Devos, l’autre étonnante, les beaux jours  où le sublime Laurent Laffite fait tourner la tête de la beauté centenaire  Fanny Ardant. Je citerai aussi Guillaume Gallienne et l’interprétation extraordinaire de sa mère, le Jaoui-Bacri Au bout du conte, et le film de Valérie Bruni Tedeschi Un château en Italie pour son côté charmant et complètement fou.

Moins de coups de cœur cette année à l’étranger et une moisson plutôt pauvre. Le Woody m’a gonflé, comme d’hab,  Lincoln et Spielberg m’ont un peu fatigué mais Gravity m’a enchanté. Mention bien également pour Mud de Jeff Nichols et une bonne surprise avec Snowpiercer en fable SF cartoonesque très réussie.

Une palme pour terminer, une seule, un enchantement absolu, à la fin de l’été, Grand Central de Rebecca Zlotowski avec Tahar Rahim, Léa Seydoux et le génial Olivier Gourmet. Une histoire d’amour désabusée sur fond de fragilité sociale. Un film ultra tendu, vaguement anxiogène, le meilleur de cette liste restreinte…

Allez, enterrons 2013 sous les derniers cadavres et autres bouchons de Champagne. 2014 pointe déjà son nez pour un millésime cinéma exceptionnel, c’est certain. Le Nombril, ex-cinévore mais toujours cinéphile n’attend que ça, il est prêt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s