Le crocodile du Botswanga – Fabrice Eboué

058213

Semaine Cinéma pré-ado, fin. Retour du pop-corn et troisième visionnage de la bande annonce de « Fiston » avec Kev Adams et Franck Dubosc, qui sortira après les vacances…Dommage. Vraiment.

Dernier chapitre de mon aventure ciné-pré pubère et un choix qui m’a presque fait sourire tant je m’attendais à pire…Tomas NGijol et Fabrice Eboué, j’aurais même pu y aller seul, sur un malentendu. Est-ce que mon fils se rapproche de mes goûts ou est-ce que c’est lui qui déteint sur moi ? Il a aussi pris le contrôle de l’autoradio et a jonglé pendant une semaine entre Skyrock et Fun…Là, j’ai eu mal à mon Nova.

Bon. Le crocodile du Botswanga, bonne grosse farce sans prétention, caricature d’une dictature africaine à la Amin Dada, peuplée de personnages médiocres et d’un cynisme à faire passer les Thénardier pour des Petites sœurs des pauvres…Fabrice Eboué, Didier, agent de joueurs minable débarque avec son joueur vedette au Botswanga, république imaginaire inspirée par…90% des pays d’Afrique noire, où un président militaro-fantasco-ridicule, fait régner la terreur sous des dehors de gentil Père de la nation. Critique du bordel politique africain, du ridicule des dictateurs, de la France TOTELF, accrochée au souvenir des colonies qui se fout bien des droits de l’homme. A noter un très bon Etienne Chicot (qui porte bien son nom !) en colon désabusé, nostalgique d’une Algérie perdue « Putain d’accords d’Evian ! »

Bref, tout cela est bien vu, bien mignon aussi. On n’éclate jamais vraiment de rire, on sourit parce que c’est plutôt bien écrit malgré un vague arrière-goût de déjà vu, déjà entendu…

Vu le talent d’Eboué, qui n’est pas loin d’avoir l’air de s’ennuyer parfois, c’est fâcheux, on est en droit d’attendre plus. Mais son talent c’est la scène, le stand up, Les phrases punchées qui ont la saveur de l’improvisation, la répartie nonchalante et vaguement désabusée. Pas certain que ça fonctionne au cinéma. D’autres (Gad, Elie, Foresti) s’y sont quand même un peu cassé la gueule…

Enfin tout ça n’est pas grave, mon fiston est sorti ravi, plus lourd d’un kilo de popcorn saveur caramel. Ça a pué pendant deux jours dans la voiture et il m’a refait le film pendant tout le trajet retour avant de me demander de mettre Rire et chansons sur l’autoradio. Ce qui m’a permis d’éviter la dure épreuve de Fun/Skyrock c’est déjà ça parce que Maitre Gims, j’en peux plus…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s