Party Girl – Chinawoman

IMG_0950

Ça fait déjà un bon moment que ça sent la fin d’été, que je pense à faire rentrer du bois pour le poêle, que je songe à ranger le barbecue et les chaises en plastique dans ce qui nous sert d’abri de jardin. J’ai la tête au boulot, aux nuages, aux fringues mi- saison et aux plats d’hiver. A ce stade de déprime symptomatique de la rentrée, je pointe régulièrement le nez à la fenêtre humide et je suis presque étonné de voir autant de vert sur les arbres qui m’entourent. Je suis en avance sur l’automne.

Alors bien sûr, il ne faut pas rêver. L’ambiance musicale est au col roulé et aux chaussettes épaisses. En matière de musique, je suis de toute façon plutôt frimas que canicule.

L’autre matin, sur France Inter (Oui c’est une radio d’automne), ils ont fait n’importe quoi. Ils se sont embrouillés, emmêlés les micros pendant de longues minutes, perdus dans leur programmation. Ça sentait l’impro de début de saison, la radio associative, la bafouille et le postillonage amateur. Du coup ils ont balancé comme ça, sans prévenir, un disque que je n’avais pas écouté depuis des mois et qui depuis tourne en boucle dans mon Ipod qui sent le champignon et le sous-bois.

Chinawoman, Party Girl. La classe triste par définition. Magnifique, ultraminimaliste. Une ligne de guitare à la Sonic Youth, une voix profonde et désabusée, des paroles décalées, c’est tout. Scotchant et addictif.

Rallumer les lumières après la chanson, se faire un chocolat chaud, voire des crêpes sous peine de déprime saisonnière absolue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s