Lee Ranaldo à Vendôme

IMG_1782

Vendôme, Loir et Cher. Ville médiévale, calme et blanche, petites ruelles étroites et murs en tuffeau. Vendôme, sa rivière, son château, sa fameuse Abbaye de la Trinité et sa chapelle Saint-Martin qui date de 1032. Une ville paisible, bien au centre de la France, loin des bords tumultueux, une cité splendide et discrète au rythme lent où jamais rien ne se passe.

Vendôme et son festival de rock qu’une partie de la ville regarde du coin de l’œil, un œil étonné et vaguement méfiant, sans doute.

Un concert de Lee Ranaldo, le Georges Harrison de Sonic Youth, en plein après-midi, en plein centre de cette grosse bourgade endormie, un jour d’automne un peu trop chaud, presque moite au soleil, dans la lumière faible de fin octobre. Il y avait quelque chose de pas très clair hier dans l’air, à Vendôme. Cent ou deux cents rockeurs quarantenaires dans les rues, looks de parigots intellos-branchouille égarés, tous venus vérifier par eux-mêmes la nouvelle improbable, Lee Ranaldo,  Pape de la guitare indé (élu 33ème meilleur guitariste de tous les temps par le Magazine US Rolling Stone), allait se produire à 15 :30, seul et en acoustique dans la Chapelle Saint-Jacques.

L’ambiance est un peu surréaliste. Des chaises sont sagement alignées devant l’autel/scène, le public prend place comme pour un concert de musique classique, les éclairages rendent hommage aux voutes millénaire de la chapelle. Décalage absolu avec l’image qu’on est en droit d’attendre d’une apparition de Lee Ranaldo,  guitariste certes génial mais furieusement expérimental, au potentiel ultra bruitiste, qui manie plus volontairement la scie à métaux que la mandoline.

Oui mais voilà, depuis qu’il a quitté Kim et Thurston, Lee est devenu un autre musicien. Plus posé, plus pop. Ses deux albums solo, même s’ils affirment leur parenté évidente avec le Sonic Youth d’antan sont beaucoup plus sages. De là à en faire un concert acoustique, guitare sur les genoux à la Francis Cabrel, j’ai des doutes. Mais j’espère un miracle de la part du prophète.

Dès les premières notes, je comprends que cet homme qui ne tient pas son manche comme les autres, qui connait des accords que les autres refusent de voir, sera capable à lui tout seul de retourner la Chapelle si paisible d’ordinaire. Xtina As I knew her, Angles,Hammer blows, Last night on earth, Je suis entré dans une transe Immobile. Ses morceaux, simples et sublimes, sont précédés de quelques paroles, d’anecdotes parfois nostalgiques, souvent mélancoliques. Ranaldo nous parle de son New York, du temps qui passe. Je me croirais dans un des premiers romans de Paul Auster. Le moment est intime, c’est vrai que nous sommes vraiment peu dans cette salle, le noyau dur des suiveurs.

Un jeudi après-midi à Vendôme, il faut quand même avoir du temps à perdre pour se laisser embarquer dans un moment de poésie new-yorkaise au bord du Loir silencieux et indifférent. J’admire le lieu aussi, la chapelle Saint-Jacques magnifiquement illuminée, enveloppée par les sons parfois délicats, parfois enragés de Lee Ranaldo. L’ombre de Sonic Youth rôde encore sur certains morceaux et la furie prend la place de l’harmonie pendant quelques instants d’improvisation à l’archer. Il ne faudrait pas que l’ensemble devienne trop lisse, on se perdrait si le chemin était trop droit. Ranaldo a toujours fait des chansons en forme de rose, sans jamais oublier les épines.

Petit rappel discret, encore une fois on est entre nous. Lee nous annonce deux autres chansons puis nous invite à boire un verre au bar pour refaire le monde, tout simplement. Je crois que j’ai rêvé. Nous sortons de la Chapelle, il fait presque nuit, je m’enfonce dans le ruelles sombres pour retrouver ma voiture. Un dernier regard à la Chapelle, aux maisons blanches, au Loir qui coule en contrebas, je rentre au bercail, je suis loin.

2 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s