Best of musique 2014

7772515265_couverture-du-second-album-de-alt-j-this-is-all-yours-qui-sortira-le-22-septembre  mogwairavetapes 3700551759132_600  carWYR0514tubejktnoguidlinesDaughter_live_air_sessiona7a543

Allez, c’est parti. Voici à nouveau le temps de fêtes. Dans quelques jours, nous croulerons sous les cadeaux et les dindes trop arrosées. Nous nous gaverons de « Mon chéri » en regardant d’un œil las, des bêtisiers à la chaîne, avachis sur le canapé trop mou d’une vieille tante mal rasée.

Hauts les cœurs – comme dirait Fauve ≠- Voici aussi venu le temps des Nombril awards 2014. Best of en forme de bilan très personnel, bien sûr. Le nombril, autocrate névrosé fort aimable malgré tout, vous propose un classement, une sélection, un assortiment de ses chansons, films et livres préférés.

Commençons par la musique, ça nous changera des Petits Papa Noël à répétition, Tino Rossi commence à me courir légèrement. 2014, belle année pleine de surprises. Je vous ai préparé un playlist de 36 chansons aussi light que possible, sans aucune trace de gras, sans David Guetta, sans Johnny, Kendji Girac, Zaz, Indila, Shy’m, U2, One direction, Coldplay ou Sia. Ceux-là ne font pas partie de la sélection du Nombril, mais ils s’en doutaient un peu, ils sauront, j’en suis sûr, gérer leur déception.

Alors, de quoi on parle ? On parle de rock, de post-rock, d’Electro, de Français, de Jazz (un peu), de folk. On parle de petits nouveaux excitants et de revenants not dead yet. Du français d’abord, avec Miossec qui m’a foutu une gerbe majeure en évoquant la fin de sa jeunesse envolée « La vie elle a passé et on l’a comme pas vécue, ou peut-être pas assez, pas comme on aurait dû. » Putain Christophe, tu te rends pas compte, j’ai 43 ans dans une semaine, tout ce que tu dis, le regard embrumé, perdu dans la rade de Brest, moi je le prends pour moi. Touchant, touché. Autre sensation française, section zinzin irrécupérable, Moodoïd bien sûr et le grand bordel « Pinkie pou » des chemins de traverse. Rien que pour le clip. Ne pas mélanger avec des médicaments.

Dans le style Jimmy Sommerville is not dead, deux choix, Einleit Soak me up et Isaac Delusion avec Midnight sun, deux voix surprenantes tout en miaulements à la Gibbs/Polnareff qui feraient presque passer JJ Johansson pour un bariton en souffrance.

Les belges de service – ne jamais sortir sans son belge – et le superbe album de BRNS, un truc qui rappelle des tas de choses formidables, de Midlake à Girls in hawaii, gros coup de cœur.

Je citerai aussi les folkeux dont je me lasse rarement. Kurt Vile côté mâle (son nom, aussi incroyable que ça puisse paraitre n’est pas un pseudo et ses parents l’ont choisi sans jamais avoir entendu parler du compositeur des pièces de Brecht. Parfois, l’Amérique, c’est loin.) et Marissa Nadler côté fille.

Je parlerai de rock aussi, version costard en peau de lézard, majeur en l’air, gomina et one, two three four. Formidables Parquets courts qui font revivre le Gun club, les Stooges, et tous les punks de la place. Encore plus formidables Amazing Snakeheads et leur rock de saloon dégueu, leur voix abîmée par le whisky et les fins de soirée trop longues. Barré et beautiful comme un vieux Tom waits qui se battrait avec Screaming jay Hawkins au bout de la nuit dans un rade paumé de la Nouvelle Orléans. Du très grand art.

Des berceuses aussi, il en faut, je retiendrai d’ailleurs Lianne la Havas et son No room for doubt. Si tu dors pas après ça…

Du Post-rock pour dépressifs chétifs et contemplatifs avec Mogwai (ah bon ?) Limousine qui fait du très bon Mogwai et Yann Tiersen qui a définitivement tourné le dos à Amélie.

Des seniors qui vous saluent, Thurston Moore et Tricky revenu en grâce avec un Sun Down habité comme au bon vieux temps de Maxinquaye.

De l’inavouable à outer…J’avoue, j’ai écouté des trucs cette année dont j’hésite à parler…Flume, You and me passe encore (non ?)…mais surtout le top de ma variété de l’année, Mina Tindle avec Pas les saisons. Candidat ultra sucré au top 50. Refrain imparable, je n’ai rien pu faire.. Ouaip…Je ne sais pas quoi dire pour ma défense.

Retour à la classe sponsorisée FIP et Télérama, le live instrumental de Lo’Jo. Magnifique, sobre, tout en instruments à vents. Génial.

Et puis enfin, et pour clore cette sélection, le match pour la récompense absolue, celle de chanson de l’année, une partie tellement serrée qu’elle se termine par un nul et que je n’ai pas le cœur à les départager par une séance de tirs aux buts. Bonheur absolu 2014, ex-aequo, C.A.R avec HIJK et Daughter avec Shallows. Make up your mind and get ready for 2015 !

Retrouvez la compil du nombril sur Deezer et joyeuses fêtes !

http://www.deezer.com/playlist/1075951381

 

2 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s