En territoire Auriaba – Jerôme Lafargue

9782915018837

Je m’étais rendu compte que je souhaitais moins construire un roman que donner une transcription à un rêve dont la réapparition m’intriguait.

 

En territoire Auriaba, drôle de roman perdu entre rêves racontés, légendes nées au milieu du sommeil, qui se confondent avec une réalité volontairement floue. Quelque part dans une forêt qu’on imagine landaise, peuplée de surfeurs taiseux vaguement marginaux, deux hommes à la recherche d’un autre homme (on l’imagine). On ne sait pas trop, il est question d’un orphelin aux rêves habités par des loups, il est question de filiation, de l’origine d’une famille qui prendrait ses racines quelque part entre le Maroc, Honfleur et Charleville. Il est question d’un Archipel éphémère, d’Alphonse Allais, de Rimbaud, d’un loup dont on ne sait pas s’il est une apparition, un présage, un rêve matérialisé ou une réalité dangereuse. Jerôme Lafargue parle de confusion, il maintient son lecteur dans un brouillard esthétique, il le guide, puis le perd, le laisse se démerder puis le raccroche à une trame narrative plus classique.

J’ai toujours pensé que ce monde ci est trop petit, ou plutôt que ce que l’on nous donne pour réalité ne constitue qu’une infime partie de l’infinité du monde.

J’avoue avoir eu du mal à le suivre dans ce dédale onirique. Certaines pages m’ont paru très fortes, très inspirées, d’autres, notamment celles qui relatent les rêves du narrateur, m’ont poussé plusieurs fois à la sortie de piste. Je me suis accroché, j’ai relu certains passages pour être certain de me reconnecter mais Lafargue a fini par me perdre au milieu de cette forêt imaginaire, de ce rêve dont j’étais finalement soulagé de sortir quand j’ai refermé le livre.

 En territoire Auriaba, Jerôme Lafargue, Quidam éditeur.

 

One comment

  1. Je viens de le terminer et je suis assez d’accord avec votre analyse. Il y a de très beaux passages, l’histoire et l’ambiance sont très séduisantes, mais j’ai trouvé que cela manquait par moments de maîtrise narrative : des chemins sont empruntés qui semblent ne mener nulle part, et ne rien apporter de concret au récit.
    Et je dois avouer ma frustration lorsque, parvenue à la dernière page, j’ai appris qu’il était question d’une suite …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s