Alcoolique – Jonathan Ames & Dean Haspiel

KM_C224e-20150813152956

D’abord il y a eu le livre. Cette couverture atypique, très belle, énigmatique, qui ne demandait qu’à se détacher du rayon.  Puis il y  eu ce titre, accrocheur, pas neutre. Alcoolique. Ensuite il y a eu ma fille, Ava, sept ans. Apercevant le livre posé sur la table du salon, elle m’a interpellé. « Alcoolique ? mais papa, tu penses qu’à ça ! » Sa remarque m’a mis un sale coup derrière la tête, façon lendemain de Beaujolais nouveau (souvenirs frais). Je ne pense qu’à ça ? Vraiment ? Tout ça parce que j’ai rangé la cave, fait la foire aux vins et que j’ai toujours une petite tendance à m’attarder au rayon pif de mon supermarché détesté…Je ne sais pas si la vérité sort de la bouche des enfants mais avant même d’avoir attaqué cet Alcoolique, j’avais pris un coup de casque. J’ai donc éconduit mon insolente de fille et je me suis servi un verre de Sancerre, histoire de réfléchir à tout ça.

téléchargement

Alcoolique ou le roman graphique, autobiographique, d’une dépendance. Jonathan Ames, auteur américain à succès publié en France chez Joëlle Losfeld, évoque sa vie chaotique et éthylique, à travers une bande dessinée qui le suit de l’adolescence à la quarantaine. Ses amitiés, son identité sexuelle, le décès de ses parents, puis l’amour, la rupture inattendue, dévastatrice, l’attente désespérée d’un retour, les yeux rivés sur le téléphone, les bars, la vodka puis la coke pour parvenir à maquiller le désespoir et cette dépendance amoureuse qui s’approche parfois dangereusement de la folie. L’histoire d’une vie, qui passe aussi par les souvenirs touchants, forcément, du 11 septembre 2001 à New York. Chronique d’une existence presque normale mais marquée par la déprime et les excès, Alcoolique est un témoignage fort et courageux, un coming out de la bouteille qui rappelle celui d’Hervé Chabalier dans Le dernier pour la route. Pas vraiment de scénario, on suit l’auteur et ses déboires, on s’attache à lui, on espère qu’il restera sobre même si à aucun moment on ne sent en lui le souffle nécéssaire pour lutter. Ce qu’il manque à Jonathan, c’est l’amour après lequel il court toute sa vie. Un homme seul, qui se déprécie volontiers, qui se détruit tous les soirs puis tente de se réparer, jure qu’il ne touchera plus à une bouteille, bouffé par la culpabilité. Avant de plonger à nouveau.

alcoolique_ext1

Alcoolique, triste BD, mais belle, juste et sans concessions. Mais bon, on parle d’un auteur new-yorkais, rien à voir avec nous…je vais quand même me la terminer cette petite bouteille de Sancerre…

alccolique2-planches-A3-1

Alcoolique, Jonathan Ames & Dean Haspiel, éditions Monsieur Toussaint Louverture

4 comments

  1. J’aime beaucoup le « Papa, tu penses qu’à ça! » ^^ je vois que les Ava ont la langue aussi bien pendue que les Eva 😉
    Très envie de lire ce roman graphique, pas parce que je ne pense qu’à ça (enfin si, mais pas le même ça ^^) mais parce que j’aime beaucoup la série créée par Jonathan Ames, « Bored to Death », tu connais?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s