Giant killer – TAD – 45 chansons

tad_8_way_santa_alternate

17 décembre 2011,           TAD                     Giant Killer

 

J’ai eu les cheveux longs. Peu s’en souviennent mais ils ont tort.  Mes cheveux, quand ils poussaient, me faisaient ressembler à  Joe Dassin avant brushings et mise en plis.

J’ai eu un bouc aussi (pas l’animal). J’ai porté des chemises de bûcheron, des Converses trouées, un manteau trop long  acheté chez Kilo Shop. J’ai essayé de décapsuler mes «Alsabrau» avec les dents, je me suis fait mal. J’ai eu un appartement très sale avec des chaussettes qui trainaient dans les coins, une hygiène dentaire pas irréprochable. Je me suis moqué des vieilles qui prenaient l’ascenseur avec moi (la chauve rouquine). J’ai pué sous les bras et retrouvé des morceaux de pizza froide dans mes draps. Et surtout, surtout…j’ai été un grand fan de TAD parce que Nirvana, c’était pour les pré-pubères. Bref, j’ai été grunge.

Le grunge, c’était ça. Instrument principal : la tronçonneuse. Des rythmes lourds, si lourds… Lents, si lents… Poisseux et gras. Violent mais pas comme le punk. Pas des guitares aigües, pas de solos à la hard rockeur aux cheveux propres …Une basse au ralenti et qui pesait une tonne. Des guitares pas dégrossies…une batterie surpuissante et un chant proche du bulldog bavant et vomissant.

Le bonheur…si je veux.

TAD, c’était LE groupe grunge par excellence. Aucun compromis…donc aucun succès ou presque. Un chanteur qui ressemblait au grand frère du «Dude» dans The Big Lebowski, des pochettes d’album ignobles. Chez TAD,  les pionniers du grunge, on était crados par choix. Leur premier single Wood Gobblins avait été dégagé par MTV. Le single mythique, Jack Pepsi leur avait valu un procès  pour détournement de logo…Juste avant que le couple sur la pochette de l’album 8-way Santa (ci-dessus) ne porte plainte pour utilisation de leur image sans autorisation…Pas facile de revendiquer la laideur comme fonds de commerce au pays de Mickey.

Giant Killer c’est ma découverte du groupe, la première chanson de TAD qui ait « caressé » mes oreilles. Martinez m’avait conseillé l’album et je me souviens encore des hurlements de rires que m’avait valu la première écoute du disque dans l’appartement, rue Boisnet à Angers. Je ne citerai pas de noms mais certains se sont un peu moqués…On n’était pas encore tout à fait prêts pour le grunge, il fallait d’abord qu’on range en lieu sûr tous nos disques des Charlatans ou des Stones Roses…Ceci dit, quelques semaines plus tard j’achetais les autres albums dont le génial, même si vaguement râpeux God’s balls…qui pourrait servir  d’illustration musicale à des beuveries de bûcherons dans une cave surchauffée qui sentirait la gerbe…

Bon, bien sûr, je ne suis plus vraiment  grunge. Je me suis coupé les cheveux, je fais un métier sérieux, je me lave les dents régulièrement et je repasse mes chemises… mais il y a toujours une paire de Converse pourries qui traine, je ne sais toujours pas faire un nœud de cravate, j’ai dû mal à trouver mon rasoir dans ma trousse de toilette et surtout je continue à faire le pigeon quand j’écoute TAD  dans la voiture.

Kurt Cobain…c’était vraiment pour les filles…

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s