Second skin – The Chameleons – 45 chansons

ca018e3e3af83ae147e7db009e1420505e8df7c7.jpg

écrit fin novembre 2011,

En 1983, The Chameleons, petit groupe post punk, aux frontières du corbaque et de la new-wave à la U2, pull chauve-souris et coiffures à la Robert Smith de rigueur, sortait son premier album Script of the bridge en Angleterre. On est en droit de penser que le groupe a dû plus ou moins se démerder seul pour la pochette tant celle-ci ressemble au résultat d’un concours de dessins au crayon de couleur, niveau fin CM2, début sixième.

C’est en fait Mark Burgess, l’omnipotent leader, chanteur, bassiste du groupe qui l’avait dessinée et l’avait imposée aux autres car elle illustrait, selon lui, parfaitement les tourments de son âme sensible et romantique…On était loin du punk…et même du rock, The Chameleons, dans l’esprit, plus que dans le son, c’était 100% folklore gothique, gousses d’ail, toiles d’araignées et cimetières parties à volonté.

Je ne sais pas si c’est ce folklore qui a empêché The Chameleons de remplir des stades mais si le groupe a bien fonctionné pendant deux albums, le gros succès, lui, n’est jamais arrivé. Aujourd’hui, 28 ans après la sortie du premier album, les fans sont toujours là, ils se déchaînent sur youtube et beaucoup considèrent The Chameleons comme le groupe le plus sous-estimé de l’histoire du rock.

Il faut reconnaître que Script of the bridge est une usine à tubes. Et si le groupe avait été un peu plus sobre, que son chanteur avait chanté un tout petit peu mieux et dit moins de conneries d’adolescent attardé, il aurait certainement rempli les critères nécessaires à un succès planétaire…

J’ai choisi Second skin dont l’intro me fait toujours autant d’effet mais j’aurais pu en choisir quatre ou cinq autres tant ce groupe a compté. C’est marrant parce qu’être fan des Chameleons, c’est un peu comme revendiquer une maladie juvénile honteuse. C’est typiquement de la musique d’ados, faite pour les ados. Une sorte d’acné musicale dont on espère se débarrasser à l’âge adulte. Oui mais voilà, quelque vingt ans après avoir découvert le groupe, je continue à ressentir des émotions de boutonneux pubère en écoutant leurs chansons…

J’ai posté une version live, plus rock que l’originale, enregistrée au Camden palace en 1985. Toujours un max de pédales delay, juste un peu de gel dans les cheveux, pas même de Bontempi à la Scooby-doo, une grosse batterie et tout juste quelques fumigènes pour l’ambiance. Sobre et super efficace.

One comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s