Playlist nombril 2017

index

Playlist

On dirait bien que je suis en retard… Toujours pas clos l’année 2017, Je regarde mon sapin et ses épines lamentables qui jonchent le sol. Jouets éparpillés un peu partout, papiers cadeaux pliés en boule dans les coins, cotillons désolés qui attendent le balai, ciel de désespoir, on va se bourrer de galette et tout le monde aura la fève.

2017, année du bourgeon retrouvé. Et playlist à la hauteur. Une vraie belle année musicale, avec du gai, (oui oui…), du lourd, de l’éphémère , du classique avant l’heure, du léger, du dansant. Revue des troupes en image et en musique bien sûr. J’aurais pu tous les citer, Micah P. Hinson, Maricka Hackman, Pale Honey ou Rodolphe Burger…j’en isole quelques uns pour la bonne cause:

Systole – Grizzly bear

Ces gens me parlent. A moi. Directement. Ils s’imiscent par les pores et ils habitent là, chez moi. Pas toujours évidents, il s’installent en voisins intrusifs. Et puis ils restent et deviennent paysages. Concert inoubliable en octobre dernier à l’Olympia.

 

Wild birds – Valparaiso

Valparaiso, réunion d’individus déjà fichés, repérés, au passé bien lourd de vétérans des scènes fumeuses à tendance rock cool et poussiéreux se rencontrent le temps d’un album ou plus, d’une série de concerts ou plus et distillent leurs chansons aux accents intemporels. Quelques écoutes et l’album se range du côté des classiques. Enorme Valparaiso.

 

Did you see butterflies – Jane Weaver

Là aussi, je me suis demandé, tout au coeur de l’été, alors que mes filles chantaient à tur-tête ce Did you see butterflies, dans la voiture, ce qui avait bien pu se passer entre mes années 4AD girl power, le temps, au début des 90’s où les Lush et les Belly dictaient la loi de mon autoradio, et cette année où Jane Weaver est sortie tout droit de cette époque un peu oubliée, pour faire revivre guitares, mélodies et voix éthérées…album magnifique.

Le déserteur – Babx

Chef d’oeuvre à la française, cette chanson du brouillard et de l’automne, déprimante au possible, ne doit pas s’écouter sans assistance médicale mais c’est la perfection. Paroles et musique.

 

Þórsmörk – Var

Non, non ce n’est pas Sigur Ros, même si la ressemblance avec la bande à Jonsi en est parfois génante… Var c’est le groupe islandais de l’année et un album qui a tourné en boucle toute l’année. Extraordianires chansons qui méritent le label petite laine d’or. Þórsmörk, chanson emblématique, siripeuse, tendue puis explosive, la perfection, là encore.

 

Miami – Baxter Dury

Le retour du dandy UK et de sa voix qui mettrait celles de JP Marielle et Barry White à la retraite. Vapeurs d’alcool et de tout ce que vous voulez, ce Miami pue la fin de nuit dégueu et les vêtements qui collent. ça sent le pas propre, le cradingue briton doigt tendu et avec la musique kitchouille, on se croirait presque chez Robert Palmer, sans déconner..

 

Illuminant – Quicksand

Le retour du grunge, des chemises à carreaux, de la basse grasse et des guitares lourdes, le bonheur…je viens d’en perdre 20 ans, boudiou ! Vite, une kro tiède que je l’ouvre avec les dents !

 

Endless summer -Sóley

Ah quelle chanson…encore une enfant venue du froid islandais, version Agnès Obel cette fois mais franchement la danoise parait encore plus pâle que d’habitude confrontée à cet incroyable morceau dont les deux dernières minutes me tirent presque les larmes. Fabuleuse chanson de l’année.

 

Retrouvez ma playlist de l’année sur Deezer !

Et bonne année !!

 

 

 

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s